Step by step !

 

                   Comment débriefer d’un weekend "full sprint" où quatre marches du podium sur 6 ont été squattées par des Frenchies, sans rester avec un sourire béat devant son clavier d’ordinateur... Vous l’aurez compris, les émotions du weekend de Planica sont encore bien présentes dans ma petite "caboche" de sprinteur.

 

Pour le groupe, c’est un nouveau cap de franchi. Les résultats parlent d’eux même et prouvent la densité du sprint Français en style libre. De mon côté, je valide la pertinence  d’un entrainement spécifique, en sachant désormais me préparer pour le jour J. Je gagne donc en confiance pour cibler un « coup de bœuf » sur un grand championnat.

A mi saison, le bilan fait plaisir à voir : Sur 6 départs en coupe du monde de sprint (dont un par équipe) je prends 3 deuxièmes place et un top 15.

 

Lire la suite

Le Réveil de la force

           Dans mes rêves, j’envisage généralement les 4 mois de compétitions hivernales sous un niveau de forme proche des 300%. Mais de la même façon qu’un début d’hiver dans les Alpes peut ressembler à un automne pluvieux dans les plaines, il faut savoir construire sa saison avec certains aléas !

 

En vue des championnats du Monde de Lahti 2017, j’ai pris depuis quelques mois le choix de simuler une préparation spécifique au cours de cette saison. Pour simplifier, j’ai ciblé un weekend de course, (l’étape de Planica de demain) pour lequel je me suis préparé comme pour une épreuve extrêmement importante.

En d’autres termes : « j’ai bourriné des heures et des intenses » pendant la période des fêtes pour surcompenser une dizaine de jours plus tard. (En un peu plus recherché je vous l’accorde). 

Lire la suite

Toblach-Dobiacco 

               Ce weekend de Davos a marqué une étape historique pour l’équipe de France de ski de Fond. Deux podiums, des tops 10, des tops 30, le tout dans une ambiance plus que soudée, c’était de la folie !

 

Pour moi venir chercher cette deuxième place sur le finish, avec toute l’équipe qui attendait juste à côté de l’arrivée, c’était incroyablement grisant. Mais malgré que j’apprécie ce podium à sa juste valeur, il est déjà l’heure de retourner dans sa bulle !

Demain il y a de nouveau un ko sprint skate sur la coupe du Monde de Toblach (ITA). Peu importe le résultat du weekend précèdent, à chaque course tous les compteurs sont remis à zéro et il faut de nouveau sortir les griffes et être prêt à donner le maximum ! 

Lire la suite

ROAD TO DAVOS 

           La première coupe du Monde de la saison m’a laissé un petit goût mitigé dans la bouche ! Commencer l’hiver par un top 15 à Kuusamo sur des classiques, c’est bien. Mais s’arrêter en quart de finale sur une erreur tactique alors que les jambes, elles, pouvaient aller en demie, ça frustre.

Lire la suite

KUUSAMO

                    Des journées aussi courtes qu’un repas de sprinter, des routes plus glissantes qu’une patinoire de short track et des étendues de forêts à faire pâlir un trappeur de compétition. Autant d’éléments qui rappellent que je viens de débarquer bien au nord de la Finlande !

 

Demain c’est le grand jour ! Et comme à la veille de chaque nouvelle saison, il flotte dans l’air un mélange subtil de sensations. D’un côté, il y a l‘aspect serein et motivé du gars qui a confiance en son entrainement. Lui, il pense aux milliers de kilomètres de ski roues, aux heures d’intensités et à tous les caps qu’il a franchis en se préparant physiquement avec son équipe. Il sait qu’il est prêt et ne demande qu’à le montrer. De l’autre, beaucoup moins distinct, il y a ce petit côté hésitant qui regarde la possibilité de passer au travers, ou de n’être tout simplement pas à la hauteur de ses ambitions. Pour moi ce mélange est un rappel : peu importe le niveau de la compétition, le sport, c’est avant tout un jeu, et dans le fond le but d’un jeu, c’est de se faire plaisir ! … (Bon, accessoirement, on se fait beaucoup plus plaisir quand on gagne)

 

Lire la suite

A peine un an et toutes ses dents

A peine un an et toutes ses dents

 

Le groupe sprint souffle à peine sa première bougie et veut déjà jouer dans la cour des grands.

... 

C’est avec le sentiment d’une première année plutôt bien négociée que notre petit groupe de joyeux bourrins est reparti au travail. Même si cette année quelques noms ont changé, l’esprit reste le même !

 

Les départs :

 

Cyril Gaillard :

A 28 ans ce bel étalon à lunettes met le clignotant et laisse le monde du ski de compétition  pour passer du côté obscure du sport… Malheureusement, pour ceux qui espéraient le voir sur le bord des pistes accoudé sur sa bidoche, il va falloir attendre un peu. En effet, ce phénomène ne lâche pas le dossard facilement (ni le podium d’ailleurs) !

Pas de doute qu’avec lui le taux de sacoches posées par les petits jeunes de son club va faire un sacré bon vers le haut 

L’info du moment : en terminant sa carrière sur un titre de champion de France, il devient par la même occasion « l’homme le plus classe du Monde ».  

CYRIL GAILLARD
CYRIL GAILLARD
Lire la suite